Archives mensuelles : août 2013

La presentation Montessori 2

Les 8 choses à ne pas oublier :

  1. Préparer tout
  2. Répéter, s’entrainer,améliorer sa présentation (plus lent,…)
  3. Mettre tout en place de façon methodique
  4. Comprendre l’objectif de chaque chose, de chaque geste
  5. Recherchez pour vous préparer aux questions des enfants
  6. Renforcez parallèlement par des choses complémentaires
  7. Observez et tirez en les enseignements
  8. Isolez vous des distractions

1. Préparez – Cela inclut rassembler tout ce que vous devez donner à la présentation. Pensez à l’avance. Serez-vous montrer à l’enfant comment l’écrire? Apportez du papier et un crayon. Aurez-vous besoin de quelque chose qui se trouve normalement dans une zone différente de la classe? Chaque fois que j’ai pris une œuvre était complète sans vérifier, il manquait inévitablement une carte / label / image / graphique, etc

2. Répéter – Celui-ci est très important si c’est un nouveau matériau, ou quelque chose que vous n’avez pas présenté dans un temps long. Pour quelque chose de vraiment compliqué, vous voudrez peut-être présenter à un ami, un conjoint ou un autre enseignant avant de le faire avec les enfants.

3. Mettre en place – Sortez un tapis ou une natte et mettre le travail sur elle. Pour 3-6, vous voulez vous asseoir sur le côté dominant de l’enfant. Pour élémentaire, il peut varier, je me suis souvent assis en face de l’enfant. Lors de la présentation à un groupe, vous pouvez faire le travail à l’envers, face aux enfants. Si vous êtes gaucher, comme je le suis, cela peut signifier changer de côté pour aider un enfant droitier. Ou, vous pouvez pratiquer faire le travail avec votre main droite.

4. Comprendre – Il est impératif que vous savez le but de la matière. Est-ce à apprendre les couleurs? Comment tenir tongs? Que les parties du soleil sont? Quoi qu’il en soit, cela doit être au centre de la présentation. Évitez les détails superflus lorsque cela est possible.

5. Recherche – Ceci est particulièrement nécessaire en donnant des présentations dans les écoles élémentaires. Si c’est pour les Romains, vous avez besoin de faire suffisamment de recherche que vous pouvez répondre aux questions de base que les enfants pourraient avoir. Autre chose que vous pouvez remettre à eux pour étude supplémentaire.

6. Renforcer – Le vieil adage, «c’est à prendre ou à laisser» est très pertinent dans Montessori. Si vous avez présenté terres et des eaux Forms ce jour-là, alors pendant le temps de ligne, vous pouvez demander à l’enfant (s) à partager un fait qu’ils ont appris au sujet de ce travail. Il peut être aussi simple que «un lac et une île sont contraires». Un autre renfort est d’avoir un enfant plus âgé présenter une œuvre à un plus jeune, ou vérifier le travail pour eux après qu’ils ont fini.

7. Observer – L’enfant est mal à comprendre le travail? Sont-ils incapables de se concentrer sur la présentation? Dans ce cas, le matériau peut être trop difficile et doit être enregistré pour un autre jour. Y at-il un changement qui peut être faite à l’œuvre pour le rendre plus «faisable»? Par exemple, ce sont les pincettes que vous mettez avec le travail de la perle trop petit, et c’est là une autre paire qui peut être utilisé à la place? Une carte de commande ou même des instructions peuvent être ajoutés à un travail élémentaire pour les élèves d’utiliser comme référence?

8. Éliminer les distractions – Cela peut être aussi simple que de mettre votre tapis dans une zone moins fréquentée de la classe. Pour les présentations de groupe, l’enseignant doit faire face à la porte et les enfants doivent faire face à la salle. Si vous êtes dans une salle de classe avec plus d’un enseignant, vous avez besoin d’un accord que vous ne serez pas interrompre l’autre au cours de présentations pour une raison quelconque. Les autres enfants que vous travaillez aussi ont besoin de savoir qu’ils ne doivent pas interrompre un enseignant qui travaille avec un élève.

Souriez, détendez-vous, prenez plaisir à présenter !

La présentation Montessori 1

 

La présentation doit permettre à l’enfant d’avoir les éléments pour construire son autonomie,

Aide-moi à faire seul” est la demande silencieuse de l’enfant.

 

Qu’est-ce qu’une présentation ?
· C’est une proposition que l’on fait à un enfant.
· C’est un moment, un temps limité et privilégié.
· C’est une relation de travail, le médiateur est le matériel.
Son but est la transmission de la culture.
C’est un “cadeau” qui est le processus d’apprentissage
(connaissance/ repos/ émergence).
Comment la présentation permet l’apprentissage ?

A un moment choisi par l’éducateur, fonction de l’observation faite, il en a déduit la période sensible que traverse l’enfant.

Au moment où il invite l’enfant, il est entièrement disponible pour lui, le temps de la présentation.
Par ce temps relationnel de qualité, par la manière de la transmission (humaine) qui est plus importante que le contenu.
Points essentiels de la présentation :

· Individuelle

 

Chaque matériel fait l’objet d’une présentation individuelle à chaque enfant. Cette présentation individuelle est un cadre porteur de concentration. L’objectif de travail est de mener l’enfant à la concentration par le matériel.
Cette présentation individuelle du matériel crée une relation humaine. Pour travailler par lui-même, l’enfant doit avoir intériorisé cette relation pendant la présentation individuelle. C’est un moment de qualité, riche pour l’enfant qui va lui permettre de travailler seul. Offrir à l’enfant quelque chose de manière humaine.
· Analyse et économie de mouvements (début/milieu/fin)
L’éducateur montre à l’enfant en analysant (Essayer de reconnaître et d’exécuter exactement et séparément les gestes successifs, chaque acte accompli se décompose en des temps successifs bien distincts, un temps suit l’autre) et en économisant ses mouvements (simplicité, pas de superflu, aller à l’essentiel). Il ne dit rien. A travers la présentation, amener l’enfant à vivre sensoriellement, à lui faire ressentir à travers le geste. La perception du mouvement passe par la lenteur et la constance du geste qui est un acte conscient et volontaire. L’enfant va, grâce à sa main qui est l’outil de l’intelligence, imiter. L’essentiel dans l’imitation est l’effort d’imitation. C’est le processus qui est essentiel et non le résultat.
C’est son effort qui est important car il représente du temps, de la patience, de la répétition, de la concentration, de la volonté, de la motricité, de la motivation. L’imitation permet l’adaptation.
Avec le matériel de vie pratique, on lui montre un geste très lent du début à la fin du mouvement.
Le but direct est le raffinement du geste et le but indirect, la coordination motrice.

Avec le matériel sensoriel comme les emboîtements cylindriques, le but direct est la discrimination des dimensions (sensoriel, ce qui est relatif aux organes des sens).

 

· Chaque concept est apporté par la leçon en 3 temps ce qui permet de distinguer, préciser et généraliser.
·Selon le matériel et l’enfant, le nombre de présentations varie.
·Certains enfants peuvent utiliser un matériel qui ne leur a jamais été présenté car ils auront observé.
L’apprentissage se fait par l’imitation, l’appropriation et l’exploration (auto éducation et répétition).
Le matériel est un moyen, jamais une finalité.